Un vrai bistrot parisien à Playa del Carmen (Mexique)

Un authentique bistro parisien à Playa del Carmen, ça existe ! Depuis que nous avons découvert ce restaurant en arrivant à Playa, il est devenu notre QG. Un décor de bistro vif et contemporain, une très jolie terrasse toute en couleur et une cuisine du marché, ce petit coin de paradis en dehors du bruit de la quinta m’a tout de suite plu. Ici on trouve une cuisine généreuse et des produits frais de saisons (et même du pain maison !), dans un lieu qui possède autant de caractère que sa cuisine.

Le chef, un jeune Français originaire de Normandie et véritable passionné, accueille ses clients avec bonne humeur. En entrée, celui-ci nous propose notamment une délicieuse salade de brie, des œufs cocotte au foie gras ou aux truffes à tomber par terre, une terrine de campagne maison ou encore la raison de mes fréquentes visites : une somptueuse salade avec œuf poché et pancetta. On poursuit avec des plats bien de chez nous maîtrisés à merveille comme le filet de bœuf servi avec un gratin dauphinois, le hachis Parmentier et sa salade verte ou encore le poulet mariné 12h dans la bière et le thym (un délice). On termine évidemment avec le plateau de fromage (enfin du vrai fromage !), une crème brûlée ou une île flottante si on ne se laisse pas tenter par le magnifique moelleux au chocolat. Bref, du bon, du sérieux, et du frais. On y vient et revient pour l’accueil sympa, l’ambiance décontractée et les bons plats français remis aux goûts du jour.

466428_426928474046653_799658709_o

893758_470168556389311_426044449_o

Publicités

Cailles aux raisins, lard et Muscat

Il fût un temps où chaque année, lorsque mon père n’était pas là le soir du 31 décembre, ma mère me préparait ses fabuleuses cailles aux raisins. J’adorais ce repas très goûteux et ces petites volailles bien fermes, et j’apprenais plus tard la grande facilité de cette recette. Je préfère maintenant les manger au printemps, lorsque les cailles sont bien grosses sur les étals de mon marché.

Pour quatre personnes :
(j’en cuisine pour ma part deux par personne)

4 belles cailles préparées par votre boucher
8 tranches de lard fumé (ou lardons si vous n’avez pas)
250 gr de raisin blanc
2 oignons moyens
3dl de Muscat
4 cs de fond de volaille en poudre
Un peu d’huile d’olive

–       Saler et poivre les cailles et les entourer de tranches de lard à raison de deux par cailles.  Si vous n’avez pas de lard, vous pouvez opter pour des lardons que vous mettrez à cuire en même temps que les cailles.

–       Faîtes les revenir sur feu moyen dans un peu d’huile d’olive avec les oignons hachés

–       Une fois dorées, baisser le feu et laisser cuire 20 minutes

–       Retirer les cailles. Ajouter le vin, le fond de volaille puis le raisin

–       Faire revenir 5 minutes tout en remuant

–       Remettre les cailles et laisser cuire à feu très doux environ 10 minutes

C’est prêt ! Je ne me souviens plus vraiment avec quoi ces cailles étaient servies, j’ai donc opté pour des petites pommes de terres Roosevalt cuites au four 30 minutes avec un peu de romarin et de beurre.

St Jacques au jambon de parme sauce chorizo, purée de céleri

Les Saint-Jacques 
Bien évidemment, les meilleures Saint Jacques que vous pourrez trouver sont celles de votre poissonnerie. Préférez les Saint-Jacques non ouvertes et demandez à votre poissonnier de le faire. Ce dernier doit vous présenter de beaux morceaux ronds à la chair blanche, les noix pourvus d’un lobe orange et mou. Lavez-les ensuite sous l’eau mais pensez à les éponger avant la cuisson.

Si vous n’avez pas de poissonnerie proche de chez vous, sachez que j’ai déjà réalisé cette recette avec des Saint-Jacques made in Picard (et je n’ai même pas honte), pour le plus grand bonheur de mes convives. Choisissez exclusivement les Saint-Jacques en provenance du Canada/USA (placopecten) – 17,95€. Bien qu’elles ne viennent pas de nos côtes, celles-ci sont bien meilleures que celles venant de France proposées aussi chez Picard.

Pour la cuisson, rien de très compliqué. Une poële bien chaude, un tout petit filet d’huile d’olive, et une cuisson de deux minutes environ sur chaque face. J’ajoute au dernier moment une noisette de beurre pour colorer un peu plus mes Saint-Jacques.

La sauce au chorizo
Le plus difficile est de trouver la juste mesure pour ne pas que le chorizo envahisse tout le plat. Ils vous faut :

  • 80 gr de chorizo
  • 1 oignon
  • ½ verre de Noilly Prat
  • Un peu de piment de cayenne
  • 1 noix de beurre
  • 2 cuillères à soupe de safran
  • 2 tranches de poitrine fumée
  • 3 grosses cuillères à soupe de crème fraîche (épaisse de préférence)
  • sel, poivre

Faîtes sécher la poitrine fumée sur la grille de votre four pendant environ 30 minutes à 100° (th 3)

– Faîtes revenir l’oignon haché avec une noisette de beurre.
– Y ajouter le chorizo coupé grossièrement en remuant, la poitrine séchée et le Noilly Prat. Laissez réduire pendant 5 bonnes minutes, et y mettre la crème fraîche.
– Laissez à feux doux pendant 3 à 4 minutes maximum, et retirez du feu. Mixez ensuite le tout et assaisonnez avec un peu de sel et de poivre, sans oublier le piment de Cayenne. Réservez.

La purée de céleri

Très simple et rapide à réaliser, j’ai choisi cet accompagnement pour la douceur du céleri qui se marie parfaitement avec la Saint-Jacques. Il vous faut :

  • 700 gr de céleri rave
  • 300 gr de pomme de terre à cher farineuse (hollande ou binjte de préférence)
  • 60 gr de beurre
  • 2 cuillères à soupe de crème fraîche épaisse
  • 1 citron
  • Sel, poivre

– Epluchez les pommes de terre et le céleri, rincez à l’eau froide et coupez en gros morceaux.
– Dans un fait tout, placez le tout et couvrez avec un litre et demi d’eau froide, et ajoutez une pincée de gros sel et le jus d’un citron.
– Portez à ébullition puis faîtes cuire à frémissement pendant 40 minutes (30 si les morceaux sont petits).
– Egouttez, passez au presse purée (je préfère à la fourchette) et ajoutez la crème fraîche, le sel et le poivre. Une noix de beurre n’est pas de trop, et c’est prêt !

NB : Particulièrement léger, ce mollusque bivalve présente un apport calorique très faible : 88 kcal/100 g. Le peu de graisses qu’il renferme a l’avantage d’être constitué en grande partie d’oméga 3. Des études ont montré que la consommation régulière de ces acides gras a une action préventive sur les maladies cardio-vasculaires.

Gâteau au beurre de cacahuète, caramel demi-sel et crème fouettée

Creamy Brown Peanut Butter

Il est 3 heures du matin lorsque je décide de faire un gâteau. Il faut dire que cela faisait plus de deux heures que je traînais sur des blogs de cuisine à la recherche de « La » recette de dessert qui me donnerait envie.  Finalement, et après de longues recherches infructueuses, je décidais tout simplement de me rabattre sur ce que contenait mon frigo et d’improviser avec. A mon grand désarroi, tout ce que je parvenais à trouver était une boite d’œuf, du lait et de la levure chimique. Pas de chocolat au fond d’un placard, et pas de fruit non plus mais… un pot de beurre de cacahuète. Un gâteau au beurre de cacahuète ? Pourquoi pas. Je me lançais aussitôt dans la réalisation de ce fameux dessert qui, après tout, ne pouvais forcément pas être mauvais.

Ingrédients :

250 gr de farine
1 sachet de levure chimique
250 gr de beurre de cacahuètes
150 gr de beurre demi-sel
200 gr de sucre roux
6 oeufs
2 dl de lait (ou un grand verre de lait)
1 sachet de sucre vanillé

 

– Préchauffer votre four à 180°

 

– Dans un grand saladier, mélanger le beurre mou ou fondu avec le sucre, le sucre vanillé et le beurre de cacahuète que vous aurez réchauffé 15 secondes au micro-onde au préalable jusqu’à obtenir une pâte lisse et fluide.

 

– Ajouter les œufs deux par deux en mélangeant énergiquement

 

– Ajouter progressivement la farine en mélangeant et ensuite ajouter la levure chimique

 

– Dans le moule de votre choix (j’ai choisi quatre moules individuels) que vous avez beurré intégralement, versez la pâte et enfourner pendant 40 minutes environ

Pour vérifier si le gâteau est cuit, insérez une lame de couteau jusqu’au cœur du gâteau. Si celui-ci ressort sec, votre gâteau est prêt !

 

Laissez tiédir une dizaine de minutes et démoulez votre gâteau sur une grille. Servir avec un peut de caramel au beurre salé et un petit pot de crème fraîche.

I love cooking tools <3

Je ne sais pas pour vous, mais moi je suis une fan des outils de cuisine en tout genre. Coupes-melon, hachoir émulsionneur, râpe automatique, éminceur à cornichons et j’en passe ! Et justement, je viens de déouvrir « the » site pour dénicher ces petits trésors : Mathon.fr

ss-gg2-foodies

Quelques nouvelles trouvailles :

Moulin à persil 14.39€

Coupe mangue anti-dérapant 14.99€

Eminceur à cornichon 4.24€

Découpe avocat 11.19€

Hachoir émulsionneur Rondo 51.99€